L’UD CGT Paris regroupe tous les syndicats CGT de Paris, quelle que soit leur profession. Si vous souhaitez un rendez-vous ou un renseignement, vous pouvez contacter l’Union Locale de l’arrondissement dans lequel se trouve votre entreprise ou contacter l’UD CGT Paris : 85, rue Charlot 75 140 Paris cedex 03 Paris tél : 01 44 78 53 31, accueil@cgtparis.fr

ADOPTION DE LA LOI « POUR LA LIBERTÉ DE CHOISIR SON AVENIR PROFESSIONNEL » Vives inquiétudes pour les droits à la formation des professionnel.le.s de la culture et pour l’AFDAS.

Article CGT Spectacle

lundi 6 août 2018

ADOPTION DE LA LOI « POUR LA LIBERTÉ DE CHOISIR SON
AVENIR PROFESSIONNEL »
Vives inquiétudes pour les droits à la formation des
professionnel.le.s de la culture et pour l’AFDAS.
La ministre de la Culture porte une lourde responsabilité !

Le projet de loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » a été définitivement adopté, mercredi 1er août 2018, par l’Assemblée Nationale. Celui-ci va chambouler en profondeur la formation professionnelle et l’assurance chômage. Concernant le volet « formation », la loi s’attaque aux droits, en faisant, par exemple, disparaître le Congé Individuel de Formation (CIF) au profit d’un Compte Personnel de Formation de Transition, qui ne permettra plus des prises en
charge des coûts pédagogiques et des salaires à l’occasion du suivi de formations longues, comme c’était le cas jusqu’à présent. En clair, le futur plafond de prise en charge est fixé à 5.000 € au bout de 10 ans, contre 18.000 € aujourd’hui dès 2 années d’ancienneté. Tout aussi grave, le CIF était géré directement à l’AFDAS par des commissions paritaires composées de professionnels de nos secteurs, qui étaient à même de juger de la pertinence des demandes et de la qualité des
formations. Le CPF de transition sera quant à lui géré par des commissions paritaires
interprofessionnelles régionales, qui n’auront ni les clés pour juger de l’opportunité d’un projet de formation dans nos métiers, ni la connaissance de l’emploi dans nos secteurs, ni la compréhension des besoins spécifiques en formation dans nos champs (petits effectifs, matériel technique…), qui conduisent à des coûts supérieurs à ceux du secteur interprofessionnel. Nous ignorons, enfin, ce que va devenir l’articulation de la formation avec les annexes 8 et 10. [....]

Lire le communiqué de la CGT Spectacle