L’UD CGT Paris regroupe tous les syndicats CGT de Paris, quelle que soit leur profession. Si vous souhaitez un rendez-vous ou un renseignement, vous pouvez contacter l’Union Locale de l’arrondissement dans lequel se trouve votre entreprise ou contacter l’UD CGT Paris : 85, rue Charlot 75 140 Paris cedex 03 Paris tél : 01 44 78 53 31, accueil@cgtparis.fr

Pour la DEFENSE des LIBERTES SYNDICALES RETRAIT de la décision de MUTATION FORCEE de Katel

RASSEMBLEMENT Mercredi 8 novembre à 9 heures devant le CNFPT 80 rue de (...)

dimanche 5 novembre 2017

Pour la DEFENSE des LIBERTES SYNDICALES

RETRAIT de la décision de MUTATION FORCEE de Katel !
RASSEMBLEMENT

Mercredi 8 novembre
à 9 heures

devant le CNFPT
80 rue de Reuilly, Paris 12ème

En juin 2016, 753 personnes avaient été poursuivies pour des faits de... contestation contre la loi travail. À n’en pas douter, le mouvement contre la Loi El Khomri a apporté un coup d’accélérateur à la répression syndicale.
Tous les jours, dans nos boites, des militants sincères sont harcelés, discriminés, menacés de licenciement. C’en est assez !
Le patronat, le gouvernement tentent par tous les moyens d’entraver la liberté syndicale, en totale illégalité à l’article 3 de la convention 87 de l’OIT, dont la France est signataire depuis 1951.
Aujourd’hui, au CNFPT, Katel CORDUANT, secrétaire générale adjointe du syndicat CGT, membre de la CE de l’UD de Paris et de la CE de l’UL du 12ème arrondissement, est victime d’une mutation-sanction.
« Casser du militant », briser des élans sociaux, créer des peurs, menacer les Bourses du travail... la répression syndicale reste un des moyens des employeurs pour freiner le développement du syndicalisme.
Pour la CGT, porter atteinte à un militant syndical, c’est porter atteinte à toute la CGT ! La lutte contre la criminalisation de l’action syndicale, s’inscrit dans la démarche générale de la CGT de lutte contre toutes les formes de discrimination.

NON à la MOBILITE FORCEE au CNFPT

NON aux MUTATIONS SANCTION

STOP à la REPRESSION ANTI-SYNDICALE au CNFPT

POUR la DEFENSE des LIBERTES SYNDICALES !

La CGT Paris appelle, avec l’Union locale du 12ème à un rassemblement le jour du conseil d’administration du CNFPT :
Mercredi 8 novembre

à 9heures

devant le CNFPT

80 rue de Reuilly, Paris 12ème

Tract pétition CNFPT

Tract CGT CNFPT :Aucune Mobilité Forcée au CNFPT Stop à la répression anti-syndicale !

Appel intersyndical pour le 8 novembre

Modèle de motion de soutien


AUCUNE MOBILITE FORCEE AU CNFPT
NON AUX MUTATIONS SANCTION
STOP A LA REPRESSION ANTI-SYNDICALE AU CNFPT

C’est avec stupéfaction que Katel Corduant a découvert – posée sur son bureau- une lettre du directeur général, Vincent POTIER datée du 11 octobre l’affectant avec brutalité à compter du 1er novembre comme conseillère formation à l’INSET de Nancy.
Katel CORDUANT est agent du siège du CNFPT, à Paris, depuis 13 ans. Elle est attachée territoriale, chargée de mission du vice-président CGT depuis 8 ans. Elle exerce ses missions au sein de la Direction des Affaires Juridiques
et des Assemblées. Elle était auparavant, pendant 5 ans, responsable administrative du COS où les administrateurs et correspondants locaux se souviennent de son professionnalisme.
Elle exerce des responsabilités importantes au sein de la CGT : secrétaire générale adjointe du syndicat CGT du CNFPT ; représentante depuis 2 mandats au CHSCT ; membre de la Commission Exécutive de l’Union locale du 12ème arrondissement de Paris et de l’Union départementale de Paris ; déléguée au 50ème et 51ème Congrès
Confédéral de la CGT ; déléguée au 11ème Congrès fédéral.
La décision du directeur général est inacceptable. Ce sont là les méthodes du patronat le plus réactionnaire. Elle traduit le profond mépris du directeur général pour tous les conseillers formation de l’établissement en laissant croire qu’un agent peut exercer les missions de conseiller formation du jour au lendemain. Au-delà, elle
traduit le profond mépris du directeur général pour la mission même de formation professionnelle de notre établissement et tous les agents qui l’exercent.
Cette mobilité forcée, qui constitue une sanction déguisée, conduit à détruire la carrière d’un agent.
C’est une menace pour tous les agents de l’établissement qui risquent de subir de telles mobilités forcées. C’est une attaque sans précédent contre la CGT au CNFPT – établissement public national paritaire.
Cette mutation forcée n’a qu’un objectif : faire dégager l’une des principales responsables de la CGT des services du siège du CNFPT. C’est une mesure de représailles contre les actions que nous avons engagées dans le cadre de
l’intersyndicale depuis plusieurs mois.
Le syndicat CGT du CNFPT :
- Exige le retrait immédiat de la lettre du 11 octobre du directeur général et le maintien au sein de sa direction de Katel Corduant, l’arrêt immédiat de la politique de répression anti-syndicale de l’autorité territoriale
- Condamne et s’oppose à toute mutation sanction et mobilité forcée au CNFPT
- Invite les agents de l’établissement à signer la pétition qui défends ces quelques exigences
- Appelle l’ensemble des forces syndicales CGT à adresser motions et lettre au président du CNFPT, François DELUGA (francois.deluga@cnfpt.fr)
- Entend prendre toute initiative dans les jours qui viennent pour combattre la répression anti-syndicale dont il fait l’objet, notamment à l’occasion du Conseil d’Administration du CNFPT le 8 novembre prochain
Paris, le 18 octobre 2017