L’UD CGT Paris regroupe tous les syndicats CGT de Paris, quelle que soit leur profession. Si vous souhaitez un rendez-vous ou un renseignement, vous pouvez contacter l’Union Locale de l’arrondissement dans lequel se trouve votre entreprise ou contacter l’UD CGT Paris : 85, rue Charlot 75 140 Paris cedex 03 Paris tél : 01 44 78 53 31, accueil@cgtparis.fr

Lettre ouverte à Madame Hidalgo et aux élu‐E‐s du Conseil de Paris

lundi 2 octobre 2017

Plusieurs milliers d’emploi en contrats aidés sont menacés à la Ville de Paris et
dans des associations qui exercent des missions de service public ou d’utilité
publique. La mise en œuvre de ces missions est compromise si ces emplois ne sont
pas pérennisés et il s’agit d’un vaste plan de licenciement aux conséquences sociales
terribles.
Nous sommes bien évidemment fermement opposés à ces mesures brutales et injustes. Nous constatons d’ailleurs que six maires adjoints de la ville de Paris ont exprimé dans le Monde que « La fin des contrats aidés menace la politique sociale de la Ville de Paris ». Nous sommes scandalisés par le cynisme du porte‐parole du
gouvernement, Christophe Castener qui affirme tranquillement que « Les
contrats aidés sont des emplois sparadrap qui garantissent la précarité, le temps partiel et la quasi non‐espérance d’un emploi pérenne ».
Mais ce n’est pas pour autant que nous nous résignons à la pérennisation de
la précarité et cela même si comme l’affirme André Laignel président Comité des
finances locales (CFL) « le passage d’un emploi aidé à un emploi pérenne coûtera
trois fois plus aux collectivités » (André Laignel président Comité des finances locales (CFL)).
C’est pourquoi nous vous demandons de prendre vos responsabilités en agissant
à la fois pour le maintien des missions de service public et d’utilité publique et pour
la pérennisation des emplois :
1. en vous substituant en urgence à l’Etat pour assurer le maintien des emplois
dans les associations et en contribuant à leur pérennisation.
2. en ouvrant à la Ville de Paris un plan de dé‐précarisation, de créations d’emplois publics et de formation, permettant d’intégrer les agents en contrats aidés.
Malgré la baisse des dotations aux collectivités locales que nous condamnons,
Paris est encore une Ville qui a les moyens d’agir.
Personne ne comprendrait que la ville de Paris soit prête à dégager des
moyens supplémentaires pour l’organisation des Jeux Olympique mais qu’elle se
refuse à le faire pour les milliers de personnes en fin de contrats sans solution
d’avenir.

Paris, le 25 septembre 2017

Lettre ouverte à Madame Hidalgo et aux élu‐E‐s du Conseil de Paris

Intervention au Comité technique du 22-09-2017 Devenir des collègues en contrats aidés