L’UD CGT Paris regroupe tous les syndicats CGT de Paris, quelle que soit leur profession. Si vous souhaitez un rendez-vous ou un renseignement, vous pouvez contacter l’Union Locale de l’arrondissement dans lequel se trouve votre entreprise ou contacter l’UD CGT Paris : 85, rue Charlot 75 140 Paris cedex 03 Paris tél : 01 44 78 53 31, accueil@cgtparis.fr

Paris : Bruno Julliard refuse la gratuité de la musique pour ses bibliothèques

CGT Culture ville de Paris

vendredi 28 novembre 2014

Pour ne pas voir ça, il a même décidé de retirer le projet de nouveau règlement des bibliothèques municipales qui devait être voté par le Conseil de Paris.

Coup de tonnerre au dernier Comité Technique de la Direction des Affaires Culturelle de la Ville de Paris présidé par l’adjoint à la maire en charge de la culture, Bruno Julliard. Ce dernier a décidé, à la dernière minute, de reporter sine die le vote d’un nouveau règlement municipal pour les bibliothèques de la capitale.

JPEG - 66.7 ko
Bruno Julliard refuse la gratuité

Ce règlement était pourtant réclamé à corps et à cris par l’administration (bien que l’on ne sache pas vraiment pourquoi). Après plusieurs mois de négociations avec les partenaires sociaux un consensus avait même été trouvé quand subitement….

… La question de la gratuité des supports musicaux (principalement des Compact discs) a été mise sur le tapis et fait l’objet d’un amendement des organisations syndicales pour l’intégrer à ce nouveau règlement. Une proposition qui agaça au plus haut point Bruno Julliard.

« Je ne suis pas favorable à la gratuité de la musique dans les bibliothèques » a ainsi déclaré l’élu. « De plus, c’est un usage ancien à Paris de faire payer les emprunts de CD » a curieusement justifié un Bruno Julliard en pleine dévotion traditionaliste avant d’avouer que « cela rapporte encore beaucoup d’argent ». Une recette que ne veut visiblement pas abandonner la Mairie de Paris même si, pour l’occasion, une certaine mixité sociale pourrait en faire les frais. On ne compte plus en effet les jeunes ou les moins fortunés qui renoncent à s’inscrire dans les sections discothèques des bibliothèques parisiennes à cause d’ un forfait annuel de 30 euros.

Le hic c’est que cet amendement, d’une forte valeur symbolique pour ce qui est d’une politique culturelle digne de ce nom, aurait probablement été repris lors de sa présentation au Conseil de Paris, organe compétent pour approuver tout règlement municipal et là…

JPEG - 41.4 ko
....et moi j’ai choisi d’être en pleine dévotion traditionaliste

« Il va y avoir de drôles d’alliances sur ce sujet » a soufflé avec effroi l’adjoint à la Culture qui sait déjà que les élus communistes, front de gauche et écologistes soutiendront cette gratuité. Ils pourraient alors, qui sait, être même rejoints par la …droite parisienne ! Comme un remake de la tour Triangle en quelque sorte. Car si la gratuité de la musique est adoptée par une délibération, la mairie de Paris sera alors contrainte de l’appliquer.

Pour éviter cette fâcheuse situation, Bruno Julliard a décidé de retirer illico presto le vote du nouveau règlement des bibliothèques.

Certes la question de la gratuité de la musique à Paris pourra quand même être discutée au sein de l’hémicycle municipal mais seulement sous forme de vœux. Ces derniers, lorsqu’ils sont adoptés, n’ont qu’un simple caractère déclaratif et n’engagent en rien la municipalité….même lorsqu’elle les vote elle-même. Un vœu pieux en quelque sorte. C’est pourquoi l’intersyndicale CGT, CFTC, FO, SUPAP-FSU, UNSA, UCP, UNSA va lancer un appel à tous les élus pour que cette question de la gratuité ne soit pas bloquée par l’éxécutif et que le débat ait lieu. Et de façon enfin démocratique.

JPEG - 50 ko
Gratuité de la musique : les élus au chevet des petits parisiens