L’UD CGT Paris regroupe tous les syndicats CGT de Paris, quelle que soit leur profession. Si vous souhaitez un rendez-vous ou un renseignement, vous pouvez contacter l’Union Locale de l’arrondissement dans lequel se trouve votre entreprise ou contacter l’UD CGT Paris : 85, rue Charlot 75 140 Paris cedex 03 Paris tél : 01 44 78 53 31, accueil@cgtparis.fr

NBI : des centaines de bibliothécaires parisiens mettent Bruno Julliard dans l’embarras

CGT culture ville de Paris

jeudi 20 novembre 2014

Dans cette class action à la parisienne les personnels demandent à l’adjoint à la culture de reconnaitre leur travail quotidien au service des parisiens.

Bruno Julliard, le premier adjoint au maire de Paris chargé de la culture n’avait sûrement pas prévu ça, car depuis plusieurs semaines c’est un afflux de courrier qui arrive à son cabinet. Après avoir été des dizaines, c’est désormais des centaines de bibliothécaires parisiens qui font une demande officielle auprès de Monsieur Julliard pour obtenir une prime. Ils’appuyent sur une décision du Conseil d’État dans une affaire similaire pour obtenir satisfaction.

La plus haute juridiction administrative a en effet établi que les établissements n’entrant pas dans le découpage des Zones Urbaines Sensibles (ZUS) mais dont la proximité a pour conséquence qu’ils sont fréquentés par les mêmes usagers, peuvent dorénavant prétendre à une prime dite NBI (Nouvelle Bonification Indiciaire). La frontière (et la distance) n’étant pas précisé, cela pourrait donc être est le cas de la plupart des établissements parisiens puisque ces derniers sont situés dans la même commune. La mairie de Paris pourrait donc répondre favorablement à la demande de ses agents et par la même occasion donner un petit coup de pouce à leur pouvoir d’achat.

Les bibliothécaires qui se sont toujours vu refuser une prime d’accueil du public (pourtant accordé dans d’autres collectivités territoriales) s’en remettent donc à cette possibilité juridique pour essayer d’obtenir enfin gain de cause.

Ils ont pour cela écrit en masse puisque ce sont pas moins des centaines d’agents en poste dans les bibliothèques Hergé, Vaclav-Havel, Levi-Strauss, Melville, Italie, François Villon, Duras, Yourcenar, Malraux ou encore Aimé Césaire qui ont envoyé leur missive. Une liste qui va encore s’allonger puisque les agents des bibliothèques Clignancourt, Hélène Berr, Parmentier, Rostand, MMP, Saint-Eloi ou encore Parmentier ont également demandé un modèle de lettre pour se joindre au mouvement. Une liste qui pourrait même s’allonger. C’est ce que l’on appelle une sorte de Class action à la parisienne.

« L’attribution de cette prime serait la reconnaissance du travail quotidien que moi et mes collègues effectuons au service des Parisiens » écrivent d’ailleurs les bibliothécaires qui attendent donc avec impatience la réponse de Bruno Julliard. A moins que ce dernier ne soit vraiment très embarrassé ?

Pour tout savoir sur le modus opérandi de cette demande d’attribution de primes NBI avec ses explications pratiques, cliquez là.

Le cabinet de Bruno Julliard doit faire face à un afflux de courriers

JPEG - 52.9 ko
- J’espère que tu me ramènes pas encore des demandes de NBI